Richard Lavoie inc.
DERNIERS FILMS

Le Temps des Madelinots
Documentaire, 2005, 104 min., tournage en Haute Définition

- nomination aux Prix Gémeaux 2006 - meilleur documentaire (culture)

- nomination aux Prix Gémeaux 2006 - meilleure direction photographique
(documentaire, affaires publiques, biographie)

PRINCIPAUX COLLABORATEURS

Au milieu du golfe du Saint-Laurent, repose un joyau de 202 km2. Rattaché au Québec, ce petit archipel au décor enchanteur appartient d’abord à la mer, qui le cerne de toutes parts. Les Îles-de-la-Madeleine ont donné naissance à une culture singulière, forgée par l’isolement, la résistance à un climat implacable, le cycle des saisons et de la pêche. Les 13 000 Madelinots forment une société distincte, farouchement attachée à son identité propre.

Le Temps des Madelinots nous invite à la rencontre de ces colorés Québécois de culture acadienne. Tourné en-dehors de l’afflux touristique, ce superbe documentaire dévoile un visage méconnu des Îles-de-la-Madeleine, lorsqu’elles sont entièrement livrées aux éléments et aux insulaires. Le cinéaste Richard Lavoie a partagé la vie des Madelinots pendant sept mois, du creux d’un hiver glacial à la renaissance de l’été. On accompagne une galerie de savoureux personnages à travers leur existence quotidienne, dans leurs joyeuses traditions festives comme à la pêche. Une vie modelée par une mer toute-puissante – tour à tour meurtrière et nourricière -, les emplois saisonniers et les caprices de la nature. Des contraintes qui ont donné aux Madelinots leur force de caractère.

Braquant sa caméra à hauteur humaine, Le Temps des Madelinots évoque les difficultés économiques de ce territoire éloigné comme la vitalité de sa communauté, le difficile passé des Îles-de-la-Madeleine et son avenir incertain. Capturant toute la richesse d’un mode de vie en déclin, le film témoigne d’un monde en transformation. Destination de plus en plus prisée, les Îles paient le prix de leur popularité grandissante. La surenchère immobilière chasse la majorité des insulaires de leurs maisons pendant la belle saison, au profit des estivants, et encourage l’exode des jeunes. Menacés de dépossession, les Madelinots devront aussi poser un choix déchirant : permettre ou pas l’exploitation d’immenses gisements d’hydrocarbure. Une richesse risquée pour l’environnement.
Mais pour bien des Madelinots, la survie est devenue une seconde nature, tout comme l’indéfectible attachement qu’ils vouent à leur fragile coin de paradis. Filmant les gens avec chaleur et les paysages avec une poésie digne d’un peintre paysagiste, Richard Lavoie signe un précieux portrait de ce trésor humain et naturel que sont les Îles-de-la-Madeleine.


 

MIKE BIRCH, LE COW-BOY DES MERS
Documentaire, 2006, 49:30 minutes

Producteurs : Isabelle de Blois et Richard Lavoie
Réalisateur : James Gray

Aussi disponible en version anglaise :
MIKE BIRCH RIDING WITH THE WIND

PRINCIPAUX COLLABORATEURS

La légende de Mike Birch, le cow-boy des mers, est née ce jour de 1978 où, contre toute attente, il gagna la première Route du rhum, course transatlantique en solitaire.

Né en 1931, il a d’abord été chercheur d’or, puis cow-boy, avant d’avoir la piqûre de la mer et de devenir une des figures de proue de la course à voile. Homme secret, ce marathonien des mers est un navigateur passionné et opiniâtre qui suscite l’admiration chez ses collègues. «C’est un des plus grands marins au monde», confie l’un d’eux dans le film de James Gray. Un film en forme d’hommage, qui trace le portrait d’un homme complexe et attachant. Un personnage plus grand que nature.